Il est tentant de s'inspirer des êtres vivants pour concevoir des machines capables de prendre des décisions et d'apprendre de leur environnement.

Motivations

L'intelligence artificielle est utilisée depuis longtemps, par les ingénieurs, dans la conception de programmes-joueurs pour les jeux de stratégie comme le jeu d'échecs et le jeu de Go et dans la conception d'outils de traduction automatique.

Le terme "intelligence artificielle" s'est révélé très polémique (à cause de la présence du mot intelligence). En fait, sur un plan pratique, une machine est qualifiée d'intelligente si, dans un contexte bien défini, elle a un comportement comparable à celui qu'aurait un être intelligent. En aucun cas cela ne signifie qu'elle fonctionne en utilisant les mêmes mécanismes que ceux utilisés par un être intelligent ni qu'elle copie le fonctionnement du cerveau.

C'est dans les jeux vidéo, les outils-marketing (pour les sites de vente en ligne), les outils de suivi client, la maintenance assistée ... que l'intelligence artificielle s'est le plus popularisée. Elle se développe rapidement du fait de la possibilité qu'elle offre de concevoir des machines autonomes capable de prendre des décisions simples en fonction de leur perception de l'environnement.

Les principales capacités requises pour une machine autonome sont :

  • son aptitude à prendre des décisions,
  • son aptitude à apprendre de son contexte.

Ces deux capacités sont liées car la prise de décision suppose la détermination de critères qui sont soit paramétrés, soit déterminés par apprentissage. Lorsque l'environnement est fortement variable naturellement, la seule approche pratiquement exploitable est l'apprentissage.

Surprise et Information

Pour Shannon, fondateur de la théorie de l'information, l'information présente un caractère essentiellement aléatoire. Un événement aléatoire est par définition incertain. C'est cette incertitude qui est prise comme mesure de l'information. C'est l'apparition d'un événements incertains rare qui créé l'effet de surprise.

Considérer que la simple occurence d'un événement sonore est déjà porteuse d'une information intéressante est compatible avec l'association de l'alerte avec les potentiels évoqués auditif précoces.

Bibliographie

Apprentissage et Mémoire

L’Institut des sciences cognitives (ISC) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) publie, en association avec l'Université McGill de Montréal, un Blog consacré, entre autres sujets, au rôle de la mémoire dans l'apprentissage.

" La mémoire et l'apprentissage sont si intimement liés qu'on confond souvent les deux. Pour ceux qui les étudient, ces deux notions renvoient cependant à des phénomènes différents :

  • L'apprentissage désigne un processus qui va modifier un comportement ultérieur.
  • La mémoire est notre capacité de se rappeler des expériences passées.

La mémoire est donc essentielle à tout apprentissage puisqu'elle permet le stockage et le rappel des informations apprises. La mémoire, au fond, n'est rien d'autre que la trace qui reste d'un apprentissage. "

La mémoire humaine n'est pas un processus unitaire. Au niveau psychologique, les recherches suggèrent que différents types de mémoire sont à l'œuvre chez l'être humain.

  • La mémoire sensorielle conserve fidèlement mais très brièvement l'information apportée par les sens. Sa durée est si courte (de l'ordre de quelques centaines de millisecondes à une ou deux secondes) qu'elle est souvent considérée comme faisant partie du processus de perception. Elle n'en constitue pas moins un passage obligé pour le stockage dans la mémoire à court terme.
  • La mémoire à court terme enregistre temporairement les événements qui s'enchaînent dans nos vies. C'est un visage croisé dans la rue ou un numéro de téléphone entendu qui se dissipera rapidement à tout jamais si on ne fait pas un effort conscient pour s'en rappeler. Sa capacité de stockage est limitée à environ 7 items et elle dure quelques dizaines de secondes seulement. Encore une fois ici, la mémoire à court terme est ce qui va permettre le stade de rétention suivant, la mémoire à long terme.
  • La mémoire à long terme sert non seulement à emmagasiner tous les événements significatifs qui jalonnent notre existence, mais aussi à retenir le sens des mots et les habiletés manuelles apprises. Sa capacité semble illimitée et elle peut durer des jours, des mois, des années, voire toute une vie ! Toutefois, elle est loin d'être infaillible, déforme parfois les faits et sa fiabilité tend à décroître avec l'âge.

L'oubli est un phénomène normal lié à la mémoire, essentiel même. En fait, nous oublions parce que notre cerveau est organisé pour éliminer tout ce qui pourrait l'encombrer inutilement.

Implantations

Sennecey-le-Grand (71) - EHPAD
La Colle sur Loup (06)
Liège (Belgique) - Tour Schöffer
Valbonne (06)
Chateauneuf de Grasse (06)
Carros (06)
Rognac (13)
Carros (06)
Rognac (13)
Eyragues (13)
Roquebrune Cap Martin (06)
Marseille (13) - Parking Bourse
Ensuès la Redonne (13)
Eyguières (13)
Peyrolles en Provence (13)
Meyrargues (13)
Menton (06)
Roquebrune Cap Martin (06)