Un seul sens pour surveiller : est-ce suffisant ?

Dans quelle situation nous sentons-nous suffisamment en sécurité pour décider que nos oreilles sont inutiles ? En fait, pour les êtres dotés du sens de l'ouïe, ce n'est jamais par choix. Les oreilles n’ayant pas de paupières, nous restons en vigilance permanente sur les sons qui nous entourent, même pendant notre sommeil.

Nos expériences quotidiennes illustrent ce phénomène si souvent que nous n'y faisons pas vraiment attention. Lorsque nous travaillons, lisons, conduisons, parlons avec une interlocuteur en face de nous, nos yeux sont orientés dans la direction où notre attention est focalisée. Lorsqu'un bruit inattendu survient derrière nous, sans réfléchir, nous tournons la tête pour voir et identifier la cause de notre surprise : nous faisons une levée de doute. Nos oreilles étaient vigilantes, elles ont donné l'alerte.

En mettant des caméras de vidéoprotection sur le territoire, nous déportons notre vue, les caméras transmettent des images que le centre de supervision évalue pour prendre les mesures nécessaires. Mais pourquoi se contenter d’un sens alors que d’autres peuvent être déportés et qu’ils viennent compléter et renforcer les moyens mis en oeuvre ? Encore trop souvent inutilisé, le son est pourtant le premier signal : il nous réveille, il attire notre attention, bref il vient stimuler notre vigilance.

La démarche Sensivic consiste à apporter le sens de l'ouïe à la sécurité pour une meilleure vigilance. Les motivations de la vidéoprotection sont la dissuasion, la détection pour l'aide à l'intervention, l'aide à l'élucidation. Tous les acteurs de la sécurité viennent apporter leurs briques technologiques pour répondre à ces objectifs. On améliore considérablement les images, les réseaux par lesquels elles sont véhiculées, on facilite leur analyse, on optimise leur exploitation. Mais pour que tout cela aie du sens, encore faut-il que les images soient celles qui doivent attirer l'attention.

Faut-il s’en remettre au hasard pour qu’une caméra dôme regarde dans la bonne direction au moment où un accident se produit ? Pour que l’écran de contrôle de l’opérateur remonte l’image de la caméra fixe de la rue où une vitrine est vandalisée ? Non bien sûr !

Ces événements requièrent une réaction rapide, et ils ont un point commun : le son qu’ils émettent est en soi une alerte.

Ajoutons un sens au système de sécurité: utilisons nos oreilles. Mais des oreilles intelligentes : elles doivent pouvoir distinguer l’inhabituel (ce qui nous surprendrait si on était à leur place), du bruit courant (celui qui fait partie de notre univers sonore).

Comment ça marche ?

Chez USS Sensivic, nous avons travaillé sur des concepts permettant de reproduire le comportement des oreilles humaines dans le cas de figure qui nous intéresse : détecter un bruit inquiétant. En effet, il n’est pas question ici de savoir ce que c’est, il faut juste attirer l’attention des yeux pour permettre au cerveau de prendre la bonne décision.

Dans les mois qui vont suivre, nous présenterons les concepts qu'il a fallu mettre en oeuvre pour réaliser les détecteurs SENSIVIC :

  • le paysage sonore
  • le Machine learning : apprentissage, mémoire, oubli
  • la détection
  • la localisation
  • ...

À bientôt,

Pascale Demartini

Implantations

Sennecey-le-Grand (71) - EHPAD
La Colle sur Loup (06)
Liège (Belgique) - Tour Schöffer
Valbonne (06)
Chateauneuf de Grasse (06)
Carros (06)
Rognac (13)
Carros (06)
Rognac (13)
Eyragues (13)
Roquebrune Cap Martin (06)
Marseille (13) - Parking Bourse
Ensuès la Redonne (13)
Eyguières (13)
Peyrolles en Provence (13)
Meyrargues (13)
Menton (06)
Roquebrune Cap Martin (06)